Partager sur facebook
Partager sur linkedin

2 min avec Cyrielle Cuirassier

Photo de la Furkeuse Cyrielle Cuirassier

Qui es-tu ?

Guadeloupéenne, caribéenne, française, européenne.. Je viens d’une île en forme de papillon..quelques battements d’ailes m’ont amenée en premier lieu dans le sud de la France pour mes études puis à Bruxelles, au cœur des affaires européennes ou je travaille depuis 13 ans.
Je suis diplômée de l’université (Bac+5) et par la suite j’ai aussi obtenu un diplôme de la Solvay business School, une école de commerce que j’ai beaucoup apprécié pour la rigueur et pour la qualité des intervenants, des professeurs de très hauts niveaux et très accessibles. 2 ans de folie en cours du soir !

J’ai commencé à travailler à Bruxelles en tant que European project manager dans l’économie sociale.. secteur dans lequel je m’étais spécialisée, par conviction, en dernière année à la Fac.

Depuis près de 6 ans, je suis lobbyiste au sein du bureau des régions ultrapériphériques françaises à Bruxelles. Je suis donc la représentante de la région Guadeloupe à Bruxelles. Ma mission est de défendre les intérêts de mon île, notamment un article du traité, l’art. 349 qui mets en exergue la nécessité de mettre en place des politiques européennes adaptées sur la pêche, le transport, l’énergie, le numérique, l’agriculture, etc…pour les 9 régions ultrapériphériques.

C’est un métier passionnant, chronophage mais qui me permet d’avoir un maillage relationnel important et d’être en contact avec des acteurs institutionnels (Parlement, Commission européenne, l’Etat), la société civile, les réseaux thématiques, les bureaux de représentation des régions françaises à Bruxelles, etc… il est important d’être diplomate et d’être en capacité de traiter et d’analyser un volume important d’information en vue d’élaborer des positionnements techniques et politiques. J’aime bien élaborer des stratégies politiques et faire des recommandations. Il faut ensuite convaincre de mettre en place cette stratégie et sensibiliser en permanence sur le niveau européen.
J’ai accompagné jusque là 3 présidents de région Guadeloupe.

Je suis également membre élu au CA du cercle représentant l’ensemble des lobbyistes français à Bruxelles.

Au niveau associatif, j’ai crée en 2012 l’association LERECA Bruxelles, le réseau des entreprenants caribéens à Bruxelles. J’ai monté une équipe de 5 personnes et nous avons organisé des soirées networking avec des entrepreneurs confirmés ou débutants, la commission eu…et fait la promotion, ici , à Bruxelles, des entrepreneurs des Antilles Je tends donc vers entrepreneuriat, qui correspond bien à mon état d’esprit.

Quel est le secret de ta réussite?

Ma réussite ? Bonne question.. suis-je une « successful caribbean woman in Brussels » ? J’apprendrai toute ma vie je pense.

Je crois que j’agis simplement en accord avec mes principes et selon ce qui me semble juste pour atteindre un objectif dans une approche collective. Ce qui me motive c’est la création de synergie avec des professionnels d’horizon, de cultures diverses…le brainstorming ! Quand toute l’énergie, les actions sont focalisées sur l’objectif à atteindre, la réussite est collective. Chacun se sent valorisé dans sa fonction parce que sa contribution a été prise compte ou son idée à été améliorée par le débat.
Parfois, certains vont purement et simplement fuir ce débat, ces échanges d’idées car ils pensent que l’autorité dont ils disposent de par leur statut hiérarchique leur confère automatiquement une rationalité illimitée : ils savent ! C’est le début de la bêtise. L’expertise des uns et des autres est perçue comme un affront qui vient chatouiller leurs égos.

Je ne reconnais que l’autorité de compétence, tout le reste m’ennuie. J’essaie, de ce fait, moi même de faire bien ce que je fais.
Les décisions se doivent d’être pragmatiques et surtout j’aime qu’on décide vite….Multiplier les réunions sans jamais prendre de décision ni même fixer un plan d’action est pour moi incompréhensible. Il est important d’anticiper, d’être réactif, de trouver des solutions originales, de tester, de faire autrement et d’établir des deadlines claires.

Qu’est ce qui t’a été le plus difficile dans l’apprentissage du management ?

C’est en faisant de la coordination de projets européens que j’ai eu à travailler avec des partenaires et des experts de divers pays européens. Le plus difficile, et c’est aussi ce que j’apprécie le plus c’est de trouver un consensus, ménager certaines susceptibilités parfois inhérentes à une culture et:ou des méthodes de travail différentes afin de garder le cap et atteindre les résultats escomptés par le projet. En réalité, il s’agit de créer une relation durable, de confiance avec ces partenaires. Il faut aimer écouter les autres, comprendre qu’il y a parfois des frustrations, de l’égo , de fortes personnalités et avoir le recul nécessaire pour tenter de trouver une solution en tenant compte des besoin de chacun.
Il ne faut rien prendre personnellement et rechercher constamment le compromis.

Est-ce que tu utilises des outils spécifiques ?

Oui, pour l’implémentation de projet quand j’étais project manager.

Quel est ton remède « anti-stress » ?

Le rire, la philo, la boxe de temps en temps… mais je découvre actuellement un art martial.
Autrement, « L’art, Et rien que l’art a plus de valeur que la vérité » (Nietzsche) , sans être une spécialiste j’apprécie de me retrouver seule devant une oeuvre.

L’entreprise idéale elle ressemble à quoi ?

Sans doute, celle où le brainstorming est la règle et dans laquelle la hiérarchie n’est pas trop pesante ce qui permet à chacun de faire preuve de proactivité.

Être FURK c’est quoi pour toi ?

Apprécier ce que l’on fait et s’évertuer à bien le faire.

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nos articles

Plus d'articles

2 min d'information
Solenne Romagni

Une fois que ma décision est prise, j’hésite longuement !!!!

Cet éloge de la lenteur peut surprendre, alors que tout va vite autour de nous, au point que nous renonçons au mode ralenti de peur de disqualification. Ainsi se crée un monde impersonnel, qui ne vit qu’à travers la vitesse de décision au détriment d’analyse souvent salutaire. Alors, hésitons ensemble…pour aller encore plus vite après !!!

Lire la suite
Photo d'un tableau abstrait aux multiples couleurs avec la carte de visite de Furk posée dessus
2 min d'information
Solenne Romagni

2018 : Odyssée du management ?

Le management devient le sésame de l’entreprise. Chacun peut contribuer à faire du management au quotidien une véritable odyssée : question de volonté et de courage ! On vous invite à monter à bord de notre vaisseau et cap vers la planète « management » !

Lire la suite

Furk accompagne de manière innovante les individus, les équipes et les organismes dans leur besoin de transition organisationnelle.

Recevoir notre newsletter

Praesent facilisis adipiscing diam consequat. pulvinar Aenean ut commodo tempus sed
0