Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Du bienfait de l’armure dans la panoplie du manager

Dessin d'un bonhomme portant une armure, une épée et un noeud papillon

Voilà une affirmation iconoclaste !
A l’heure où l’on ne cesse d’encourager les personnes à se dépouiller de leurs oripeaux pour atteindre un cadre de vérité plus authentique, encourager le port de l’armure pour les jeunes managers semble pour le moins curieux. Pourtant l’expérience, mère de toutes les sagesses, milite en faveur de ce postulat. Le manager débutant, quel que soit son âge, doit fourbir ses armes. Il doit prendre la mesure de sa feuille de route, des actions à conduire, de la planification de leur mise en œuvre, des moyens alloués tant humains que matériels, du contexte environnemental et du contexte hiérarchique. Autant de verrous à lever afin d’envisager sereinement une amorce de réalisation. Les facteurs endogènes et exogènes forment une futaie épaisse qui met le manager en situation délicate. Trouver son chemin dans une telle forêt nécessite un certain apprentissage. Un aguerrissement de longue haleine!

Se protéger soi aujourd’hui pour devenir protecteur des autres demain :

Comment assumer pleinement ses responsabilités et son leadership si l’on est soi-même affaibli par le manque d’expérience, l’absence de recul ou l’impréparation consubstantielle à la « jeunesse » dans le métier ? La prudence conduit à proposer aux managers de se forger peu à peu une carapace : sa composition dépend des parcours de chacune et chacun.

Les faits vécus sont cent fois plus marquants que les livres de management. Les seconds sont utiles bien sûr, mais les premiers sont incontournables. Il s’agit dès lors de s’organiser pour tirer parti des expériences vécues. Faire le bilan de ce qui a bien fonctionné est rassurant et procure une vraie satisfaction. Analyser avec discernement ce qui a dysfonctionné est un exercice moins agréable au premier abord mais qui se révèle très utile pour mieux appréhender ses actes managériaux dans leur contexte. Cette pédagogie en contrepoint est une arme efficace ; elle révèle les progrès à faire et trace les contours et les limites de l’action. La répétition de cette pratique introspective aide le manager à maîtriser son cadre et lui permet un gain d’assurance qui va l’aider et va progressivement se déployer sur son équipe. C’est le fruit de l’expérience que nous entendons valoriser.

L’accélération des agendas, la multiplication des contraintes, la raréfaction des ressources sont autant de soucis potentiels qui peuvent venir perturber le déploiement de projets. Se doter, à force de vécu, d’une sorte d’armure aide le manager à supporter ces difficultés, à s’accommoder de ces risques inhérents à un environnement changeant. L’expérience forge le caractère.

Un manager, ainsi formé, devient progressivement protecteur de son équipe, au fur et à mesure que les projets se complexifient, avec leur cortège de risques. Un manager sécurisé c’est une équipe qui gagne en sécurité et en sérénité. A l’inverse, il nous semble qu’un manager impréparé met son équipe en difficulté au premier coup de vent.

En bref:

L’expérience est un complément indispensable au cours de management des écoles fussent-elles les plus renommées. Le manager junior est l’objet de pressions multiples: envie de bien faire, se rendre utile, respecter sa feuille de route, être écouté de son équipe, être crédible, respecter les consignes… il n’est pas sûr qu’il puisse tout gérer avec calme et recul. Ce travail de relecture de sa pratique managériale, avec l’appui d’un coach ou d’un N+1 bienveillant, lui permettra de faire un bilan « forces/faiblesses; opportunités/menaces ». Il se forgera sa propre armure qui lui permettra de mieux traverser ses premiers challenges, avec leurs pièges, leurs dysfonctionnements. C’est une armure psychologique contre l’adversité qui rôde toujours autour de ceux qui prennent risques et responsabilités. Le temps aidant, le manager aguerri, trouvera utile de quitter par moment son armure afin de mieux appréhender le terrain et capter tous les signaux de son équipe. Sur les pas de Robert Fisher, dans son « chevalier à l’armure rouillée », l’on considère que l’armure protège mais qu’il faut éviter qu’elle coupe l’individu du réel.
Un vrai défi pour les Furkers!!!

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager.

Plus d'articles

Image d'une horloge
2 min d'information
Solenne Romagni

No time for crisis !

L’enthousiasme est une valeur sûre. Assurément. Elle ne se décrète pas. Elle se travaille au quotidien. L’art de positiver, d’être confiant, de croire aux capacités d’une équipe à surmonter les épreuves. No time for crisis ! and no place too !!!

Lire la suite
image d'une abeille souriante avec un noeud papillon rouge
2 min d'information
Solenne Romagni

Travail collaboratif décrypté : un rucher de Furkeuses !

Le travail effectue une véritable mue. Son organisation, des règles, ses modes, ses rites sont en train de se transformer. L’émergence de modes de travail axés sur la coopération, le partage, la mise en commun est un fait majeur de notre temps. L’observation du fonctionnement d’une ruche d’abeilles est particulièrement significatif. Leur langage, leur pilotage, leurs missions, tout semble obéir à un cadre très structurant. Enfilons notre tenue d’apiculteur, et tentons d’apercevoir l’intérieur de la ruche !!!

Lire la suite

Furk accompagne de manière innovante les individus, les équipes et les organismes dans leur besoin de transition organisationnelle.

Recevoir notre newsletter

consequat. amet, at sed leo. elit. diam risus tristique Phasellus vulputate, dolor.
0