Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Je me conforme au respect du cadre

Image d'un des posters de la série les 10 principes du colibri

Le cadre, notre terrain de jeu

Le goût d’entreprendre et d’aller de l’avant, la prise de responsabilité et le sens de l’initiative sont des atouts majeurs. Ils servent de boosters pour les personnes. Ils peuvent parfois donner lieu à des excès: excès d’individualisme, excès de certitude, excès en tous genres! Le garde-fou naturel susceptible d’endiguer ces dérives possibles demeure le cadre de référence. C’est la règle que l’on pose collectivement pour garantir à chacun le bon déroulement des actions. Cadre juridique, réglementaire, mais aussi éthique et comportemental, ce cadre rassure et protège.

Un cadre pour nous défendre

Il est bon de l’avoir. Son absence conduit à des abus et obère la pertinence des projets par des dysfonctionnements fâcheux.

Poser le cadre c’est à coup sûr augmenter les chances de réussir les challenges poursuivis. A l’heure où l’entreprise se digitalise, où l’emploi est mobile, où le management est nomade, le cadre de référence est une forme aboutie de garantie contre l’arbitraire et sa cohorte d’injustices en tous genres.

Cela confirme ce que disait Lacordaire: « entre le fort et le faible, c’est la loi qui libère et la liberté qui opprime ». La règle devient donc le dernier rempart contre tous les abus qui peuvent naître de situations quotidiennes mettant en jeu des rapports de force déséquilibrés. La qualité de vie au travail et le plaisir de travailler s’en trouvent consolidés.

Un cadre à établir ensemble :

Ce cadre gagne à être discuté, amendé, amélioré collectivement. L’échange autour de ce sujet renforce les liens de l’équipe et la confiance collective. En règle générale, la décision unilatérale est facile, rapide mais souvent inefficace, contournée, et discutable voire contestée. La discussion autour d’un cadre de référence remet chacun devant ses responsabilités. Il permet d’écarter les dysfonctionnements à venir ou les sujets de discorde. Il facilite les approches majoritaires, qui entraînent assentiment et engagement.

Le cadre aide à mobiliser les énergies car il clarifie les situations et apaise les inquiétudes. L’adhésion doit être obtenue par la discussion et non par une quelconque opération de communication instrumentalisée. Se conformer au cadre, qui lui même doit être conforme aux souhaits majoritaires et aux priorités stratégiques.

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager.

Plus d'articles

Dessins de plusieurs visages représentant des émotions avec un noeud papillon rouge au milieu
2 min d'information
Solenne Romagni

Que faire des émotions qui couvent sous les capots ?

Après une longue période hégémonique du QI, quotient intellectuel, signe d’intelligence construite sur un socle de connaissances acquises, le management découvre le QE, quotient émotionnel. Loin des critiques stériles, les émotions deviennent des alliées. Contenues, elles peuvent même faciliter la créativité, l’innovation. L’entreprise gagne en qualité en acceptant de faire une vraie place aux émotions. Emotions, yeah !

Lire la suite

Furk accompagne de manière innovante les individus, les équipes et les organismes dans leur besoin de transition organisationnelle.

Recevoir notre newsletter

vel, luctus Praesent leo. efficitur. suscipit
0